AAIA logo La brutalité à l'école
Go to Articles page Go to Subejct Index Go to Home Page Contact Us
Par Mary Lewis Allen, coordonnatrice régionale, AAIA Québec
Nouvelles du Québec, le juin 2001


Nombreux sont les parents qui désirent que la fréquence des gestes brutaux diminuent dans nos écoles. Les récentes manifestations de violence extrême dans plusieurs écoles ont contribué à rediriger l'attention de notre société vers ce problème. Depuis, maintes écoles ont mis en place des programmes et des règlements afin de rendre les classes ainsi que les cours d'écoles plus sécuritaires pour tous nos enfants et adolescents.

Mais que voulons-nous dire par brutalité? Nous déssignons ainsi tout comportement agressif pouvant comporter des menaces physiques ou verbales. Et parfois, des enfants allergiques se font persécuter à cause de leurs allergies. À l'AAIA, nous recevons chaque année quelques appel téléphoniques de parents nous demandant de les aider pace que leur enfant s'est fait taquiner ou menacer avec un allergène alimentaire. Ce genre de comportements peut causer du tort et engendrer beaucoup de détresse chez un enfant, même s'ils se limitent à la "taquinerie", et tout particulièrement lorsqui'ils se prolongent dans le temps.

Malheureusement, les parents et les enseignants ne sont pas toujours conscients de ces comportements négatifs puisqu'ils se produisent souvent lorsque l'enfant visé n'est pas sous le regard d'un adulte. De plus, comme l'enfant peut être trop effrayé ou avoir trop honte pour se plaindre, les parents ou les enseignants ne remarquent souvent ces comportements négatifs que lorsque ceux-ci sont déjà bien installés.

Les parent, les enseignants et les administrateurs ont un rôle important à jouer afin que les enfants soient protégés et que certains comportements en arrivent à être modifiés. Les programmes utilisés dans plusieurs écoles encouragent le respect, procurent du support de groupe et apportent rapidement des correctifs aux écarts de conduite ou au non-respect des règlements. Il ne s'agit pas simplement d'avoir une tolérance zéro pour les comportements agressifs, mais bien plutôt d'enseigner et de présenter des modèles de comportements positifs.

Trois catégories de joueurs se trouvent souvent impliquées dans les manifestations de violence: l'agresseur, la personne agressée ainsi que le ou les témoins. Ils ont tous les trois, et pas uniquement la victime, besoin d'aide de la part du personnel de l'école ainsi que de la part des parents pour apprendre des façons plus appropriées de se comporter. Toute tentative de modification de comportement doit tenir compte des motivations et du rôle joué par chacun des trois protagonistes.

go to top of page

L'agresseur qui menace ou malmène un autre enfant a besoin d'aide pour apprendre à se comporter différemment. Les raisons de son comportement peuvent être complexes, quelques unes provenant de ses circonstances familiales, mais cela ne constitue pas une excuse pour lui permettre de continuer à se comporter de la sorte. Un enfant brutal a besoin d'apprendre à coopérer et à développer sa capacité d'empathie. Ceci profitera non seulement aux victims, mai également à l'enfant qui a l'habitude d'agresser les autres, puisqu'il a plus de chances de devenir délinquant si on le laisse continuer d'utiliser un tel comportement.

Quant à la personne agressée, elle doit apprendre à faire dévier, à éviter et à dénoncer les comportements agressifs, de même qu'apprendre à réagir dans certaines circonstances spécifiques. Les enfants pérsécutes sont souvent visés parce qu'ils sont perçus comme étant faibles ou "différents". Ils peuvent être timides, nouveaux-venus à l'école, présenter un surplus de poids, ou êtres "différents" parce qu'ils ont une allergie alimentaire ou font de l'asthme.

Les témoins de gestes ou de paroles violentes peuvent être des participants volontaires ou involontaires. Ils ont brutales ont également besoin de l'aide des adultes, une telle expérience ayant des répercussions négatives sur eux, entraînant entre autre de la peur résiduelle ou un sentiment de culpabilité. Ces enfants peuvent craindre de devenir la prochaine cible. Ils peuvent se sentir coupables par la suite de ne pas être venus en aide à la victime. Ils ont souvent besoin de se faire confirmer qu'il est approprié de dénoncer les actes de brutalité.

Quant aux parents, ils devraient avertir l'école dès qu'ils découvrent qu'il y a eu manifestation de violence à l'école. Toutes les écoles devraient être dotées d'une politique de "tolérance zéro" envers la brutalité et devraient s'assurer que les enfants qui dénoncent certains incidents ne soient pas considérés comme des portepanier. À cet égard, la direction doit jouer un rôle de premier plan en s'assurant que les enfants soient bien supervisés et que toute parole de menaces ou tout geste de brutalité fasse l'objet d'une intervention rapide. Il est également important de parler de la brutalité autant à la maison qu'en classe, et ce, avant qu'elle ne se manifeste, de sorte que les enfants puissent la reconnaître et possiblement la contrecarrer. Pour ce fair, des discussions en classe et des presentations spéciales s'avèrent de bons outils.

go to top of page

Chaque enfant devrait être encouragé à développer plusieurs amitiés et à s'impliquer avec d'autres enfants dans des activités qui l'intéressent. Les parents se doivent de garder les voies de la communication ouvertes avec leur enfant et de surveiller les indices d'un problème éventual. Les enseignants utilisent parfois la stratégie de faire travailler principalement les enfants en équipes munies d'un certain code de comportement, de sorte qu'aucun enfant ne se retrouve isolé. Parfois, le simple évitement de la personne brutale s'avère suffisant pour mettre fin à l'agression. Ignorer les taquineries ou les remarques méchantes peut être une stratégie efficace en ce que la personne agressive abandonne généeralement la partie si elle ne génère pas la réponse désirée. L'humour peut aussi s'avérer utile. Les discussions au cours desquelles les enfants sont encouragés à imaginer des façons de résoudre les situations problématiques en s'affirmant face aux taquineries ou face aux menaces peuvent aider. En effect, le fait de contrecarrer immédiatement l'action d'un agresseur peut parfois éteindre son comportement négatif dans l'oeuf. Un enfant faisant l'objet de harcèlement devrait tenter de se tenir autant que possible avec un groupe d'autres enfants et leur demander de l'aider.

Les écoles peuvent contribuer à amener les enfants à considérer comme normales les personnes souffrant d'allergies, d'asthme ou d'autres problèmes de santé en incluant à leur programme des discussions au sujet de ces maladies dès les premières années scolaires. À l'occasion, lorsqu'un parent fait grand cas de l'allergie de son enfant, celui-ci peut se faire harceler surtout s'il semble apeuré ou si les allergies sont perçues comme bizarres. Bien qu'il soit compréhensible que les parents veuillent et aient besoin de réclamer que l'environnement scolaire soit adapté aux besoins de leur enfant, cela peut parfois engendrer des problèmes pour leur enfant s'ils exagèrent; la ligne est souvent mince entre rendre l'environnement d'un enfant sécuritaire et le transformer en cible pour le harcèlement. Des discussions paisibles et claires concernant les allergies ainsi que des règles spéciales relativement aux aliments peuvent aider les autres élèves à comprendre puis accepter à la fois les changements et l'enfant allergique.

Ayant reçu la mandat d'éduquer, les écoles représentent l'endroit ideal pour renseigner nos enfants au sujet des allergies, de l'asthme ou de toute autre "difference" et pour les aider à les accepter. Après tout, le monde serait bien terne si nous étions tous identiques! La tolérance, l'empathie et le respect des autres représentent d'importantes habiletés sociales, et l'école peut les enseigner de même que contribuer à ce que leur pratique devienne aisée.

Lectures suggérées:
1) Les violences entre élèves, harcèlements et brutalités, Dan Olweus, Ed. Sociales françaises (Paris), 1999, 33,95 $.
2) The Parents Book About Bullying, William Voors, Hazelden, ISBN 1568838517x, 2000, 16,95 $.
3) http://bullying.org/

go to top of page

 

 


Articles | Index | Home | Contact Us

This article courtesy of the Allergy/Asthma Information Association at www.aaia.ca and the Calgary Allergy Network web site at calgaryallergy.ca. May be reproduced for educational, non-profit purposes.
If you enjoyed this article, help us keep writing them. Show your support by getting an AAIA membership.